Livraison offerte en France métropolitaine sans minimum d'achat!
Livraison offerte en France métropolitaine sans minimum d'achat!

Tout savoir sur le tissu NDOP Bamiléké

Karioska Tout savoir sur le tissu NDOP
La rédaction

Sommaire

Le NDOP aussi appelé NDOUP est un tissu africain, généralement constitué d’une longue étoffe de coton d’une longueur de 3 à 15 m. Il se compose de 15 à 20 bandes de 5 cm de large, cousues bord à bord. Cette étoffe africaine est une symbolique traditionnelle Bamiléké, symboles des sociétés secrètes, symbole de la noblesse et des rituels.

Il était utilisé pour habiller la classe supérieure. Les tissus Ndop sont connus pour leurs couleurs chatoyantes : violet, kaki, bleu ciel, turquoise… Cependant l’indigo, le bleu et le blanc sont les couleurs les plus couramment répandues.

Ses nombreuses utilisations pratiques et symboliques en font une partie intégrante de la culture des habitants des Grassfields. Cependant, sa fabrication et son utilisation n’ont pas échappé à la modernité, voire à l’industrialisation, qui a modifié sa fonction symbolique et culturelle.

Les Néerlandais ont participé à l’introduction de ce tissu africain en Europe.

Les origines du tissu Ndop

L’existence des tissus Ndop dans les Grassfields remonte au 19e siècle. Bien avant que le tissu Ndop ne soit fabriqué en Occident, le Wukari Ndop, un autre tissu batik du Nigéria, était vendu localement. Ces tissus étaient monnaie courante entre les habitants de Grassfield et du Nigéria jusqu’au 20e siècle.

Certaines sources suggèrent que l’origine de l’industrie du Ndop au Cameroun est due à l’inspiration du roi Njoya, qui a commencé à produire le tissu à Foumban. Avant 1914, cependant, de tels tissus n’apparaissaient pas sur les photographies de la cour de Foumban.

Le Ndop camerounais est apparu en 1920, coexistant avec le Ndop de type Wukari du Nigéria. Son processus de fabrication se déroule en 2 étapes : il est produit dans un premier temps à Garoua dans la région Nord du Cameroun puis dans la région Ouest du Cameroun.

La confection de l’étoffe

Obtenir le tissu Ndop original suit un schéma assez surprenant. Le tissage est réalisé dans le nord, tandis que la teinture est réalisée dans l’ouest du Cameroun. Des travaux de surjet et de garniture sont également faits au côté de l’Afrique de l’ouest.

À Garoua, le tissage est réalisé par des tisserands sur de petits métiers horizontaux. Ce dernier tisse un fin ruban de coton écru de 5 cm de large, appelé « gabaga », qui est ensuite vendu à des artisans de l’ouest du Cameroun.

Après leur retour de Garoua, ces artisans cousent les rubans de bord à bord en de grands morceaux de tissu décoratif. Des maîtres artisans supervisent la qualité de chaque pièce. Ensuite, il y a le processus de vannerie, de traçage avec des fourchettes en bambou coupées et des motifs. Ceux-ci sont réalisés à l’aide de raphia par des nœuds ou des ligatures de tissu.

Les artisans peignent les symboles caractéristiques du Ndop sur une toile de coton blanche. Ils les cousent ensuite sur le fil de raphia à poings serrés. Cela peut prendre jusqu’à 1 mois pour fabriquer un très grand tissu à motifs de près de 15 m de long.

En d’autres termes, la fréquence de production des tissus Ndop peut être basse, même pour un artisan très travailleur. Les ouvrages ainsi brodés sont ramenés à Garoua par la route pour être teints à l’indigo. La coloration est alors réalisée en deux étapes :

  • Tout d’abord, les artisans font tremper le Ndop dans une solution de lessive alcaline à base de cendre de bois et d’urine animale pendant environ 20 heures,
  • Le tissu est ensuite plongé dans le bain de teinture bleue pendant une dizaine d’heures. Puis, il est essoré et étiré avant d’être exposé au soleil. Ce dernier geste est important, car il provoque l’oxydation du colorant, ce qui donne la teinte bleue finale souhaitée. La teinture ne doit pas passer à travers les coutures, qui se laveront sur les tissus secs.

De retour dans l’Ouest, le fil est déroulé par des artisans. Le motif décoratif blanc se détache sur le bleu indigo du fond. Le raphia fait ici la même chose que la cire dans le processus d’impression du tissu à motifs. La couleur ne s’infiltrera pas là où le fil de raphia est cousu.

Ces tissus Ndop sont principalement vendus sur les marchés de Bandjoun, Foumban et Baham, principaux centres de production et de distribution au Cameroun.

L’évolution du tissu avec les techniques modernes

L’évolution du processus de fabrication du Ndop peut être observée à plusieurs niveaux tels que la technologie, l’utilisation et la valeur marchande du produit.

D’un point de vue technologique, la fabrication du Ndop a beaucoup évolué au fil du temps. La technique fastidieuse des surpiqûres a peu à peu cédé la place à l’utilisation de la cire. Cependant, le résultat final n’est pas très authentique. Le motif est donc créé à partir d’une substance imperméable comme la cire de bougie ou la pâte de tapioca. Le tissu est ensuite trempé dans une solution de teinture, généralement à base de colorants industriels.

Un autre type de tissu plus populaire, dans le modèle de tissus Ndop uniquement, est fabriqué industriellement. Les fabricants utilisent des techniques de production de pagnes Wax à base d’indigo ou encore d’impression directe. Aujourd’hui, le CICAM reproduit le motif Ndop sur le pagne appelé «Collection Bantou » en 4 fonds de couleurs africaines : bleu, vert, marron et noir.

Par conséquent, il existe trois types de Ndop :

  • L’original qui est entièrement confectionné par les artisans
  • Le semi-finis qui est fabriqué à partir de tissus d’origine industrielle et manipulée par des artisans.
  • Les reproductions industrielles où seuls les motifs et les symboles s’inspirent de Ndop.

Le tissu Ndop de nos jours

L’une des difficultés que rencontrent les tissus Ndop d’aujourd’hui tient à l’importance que la plupart des artisans accordent à sa valeur marchande au détriment de sa valeur et symbolique traditionnelle. Le Ndop, autrefois réservé aux rois, célébrités et sociétés secrètes, est encore un tissu noble et cher, mais aujourd’hui il tend vers la popularité. Il tient une place importante dans la mode africaine.

Auparavant, il fallait se rendre au marché du Grand Chef pour trouver le Ndop, ou pour l’obtenir comme cadeau du chef. Aujourd’hui, il est disponible sur presque tous les marchés, à un prix acceptable pour tous, mais en contrepartie, sa qualité est souvent inférieure et corrélée au prix. Les couleurs s’estompent facilement au lavage.

Haute couture ou non, ce tissu aux couleurs vives et aux graphismes originaux fait partie intégrante de la culture africaine. Désormais, on utilise ce tissu pour la confection des habits et accessoires du quotidien : jupe, robe, tablier, chemisier, pantalon, écharpe, cravate, serviette, nœud, tunique, kimono, polo, pantalon, rideau, couette, pull, blouson, slim fit, t-shirt, foulard, veste, blouse, etc.

Les habits en tissus Ndop gagnent en popularité en Europe. Pour sortir des sentiers battus, s’habiller avec un vêtement fait de tissu Ndop devient une tendance. C’est aussi le cas du tissu wax. Cependant, les procédés de fabrication ne sont pas les mêmes.

Que représentent les motifs du tissu

Les motifs géométriques figurant sur les tissus Ndop représentent l’homme avec la nature et l’au-delà (la lune, le soleil, les étoiles, les animaux, etc.). Ils peuvent également évoquer l’architecture : cercles, croix, carré, triangles, losanges.

La croix est une représentation fondamentale. Elle signifie le croisement des routes, division de l’espace, expression du « centre du monde » et de la protection qu’il requiert. Ce motif sert à transmettre un message de paix et de fécondité.

Tous les motifs présents sur le Ndop possèdent une valeur symbolique. Par exemple, la tortue représente la sagesse, l’adresse et la prudence. La peau de reptile symbolise la force de l’union et la puissance royale. Les gousses de kola représentent le partage et la solidarité.

Concernant les cercles : ils symbolisent la dualité existant entre les vivants et les défunts. En effet, chez les bamilékés, les défunts sont en communion avec les vivants. Les spirales quant à elles symbolisent la variété et la diversité. Les graines accompagnant les spirales symbolisent la fécondité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

juju hat

juju hats
jujus
juju hats pas chers
boucliers bamiléké
décoration murale
Tête perlée
Juju Hat origine
Karioska
Décoration bohème chic
Décoration Ethnic chic
juju hat authentique
juju hat pas cher
Décoration intérieure
Juju hat DIY
Comment sont fabriqués les juju hats

Plus
d'articles

error: